Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 Saints Pierre et Guidon
  Collégiale des Saints Pierre et Guidon
  Saint-Guidon

Photo(s) (27)

Repérage sur plans

Classement de la section:

Les bâtiments > Les lieux de cultes > Eglises et chapelles (culte catholique) >  Saints Pierre et Guidon

Les corps de métiers > Les architectes > Architecte Jean Van Ruysbroeck >  Saints Pierre et Guidon

Les corps de métiers > Les architectes > Architecte Jules-Jacques Van Ysendijck >  Saints Pierre et Guidon

Les communes > Anderlecht > Place de la Vaillance >  Saints Pierre et Guidon

Description (historique/actualité/....) :

Historique

C'est la première église Saint-Pierre du village d'Anderlecht et date (probablement) du tout début du XIe siècle. Une date est certaine : en 1046, la famille d'Aa, très influente dans le duché de Brabant, y installe un chapitre de chanoines. L'église paroissiale devient donc une collégiale.

En 1012 décède Guidon, le « pauvre d'Anderlecht ». Il semble qu'il ait d'abord été inhumé dans la campagne proche et ensuite transféré dans le chœur de l'église romane (la crypte actuelle). Très vite des miracles lui sont attribués et des pèlerins de plus en plus nombreux affluent vers l'église. En 1082, il est canonisé et l'église devient la collégiale des Saints Pierre et Guidon.

La construction de l'édifice actuel débute en 1350 et durera près de deux siècles. Dans la dernière phase, de 1479 à 1484, les travaux sont dirigés par Jean Van Ruysbroeck, l'architecte à qui on doit la flèche de l'hôtel de ville de Bruxelles. Il dote l'édifice d'une tour carrée. L'édifice gothique actuel a été consacré le 7 juillet 1482.

En 1796 (occupation française) le collège des chanoines est dissout.
De 1843 à 1847 la collégiale bénéficie d'une profonde restauration.
En 1892 la crypte primitive (tombeau de Saint-Guidon), abandonnée depuis des siècles, est restaurée à son tour. La réouverture et la bénédiction solennelle ont lieu le 2 septembre.

En 1898, la tour carrée (de Van Ruysbroeck) est surmontée d'une flèche ouvragée, elle est l'oeuvre de Jules-Jacques Van Ysendijck (notamment architecte de la maison communale d'Anderlecht). Il y a donc à peine plus d'un siècle que l'édifice a l'aspect que les Anderlechtois connaissent aujourd'hui.

L'édifice est classé en 1938 (CL 25/10/1938).
Sous l'occupation nazie (exactement à partir du 8/3/1942), la tour fut utilisée comme poste d'observation par les Allemands (repérage des attaques aériennes, incendies...).
De 1994 à 1997 l'extérieur de la collégiale fait l'objet d'une nouvelle restauration, très réussie qui dote l'édifice d'un superbe éclairage nocturne. C'est à présent l'intérieur qui aurait besoin d'un solide lifting.

Description


L'édifice est de style gothique brabançon et est bâti en pierres d'Avesnes et de Dilbeek. Il est en forme de croix latine et ne compte que quatre travées (les grandes églises gothiques en ont généralement sept). Le chœur par contre est assez vaste, car il devait abriter les stalles des chanoines.
Bien qu'elle ait été saccagée et dévastée au fil des siècles par de nombreux envahisseurs (armées espagnoles, iconoclastes, sans-culotte !) elle conserve de très nombreux monuments, du mobilier et des œuvres d'art dignes d'intérêt.