Panorama Anderlecht (depuis le Luizenmolen)

Rechercher un nom, un lieu:






Section :

 Quai Fernand Demets n°33-35-37
  Cobraco (activité disparue)
  Atelier Voies de la STIB

Photo(s) (11)

Repérage sur plans

Classement de la section:

Les communes > Anderlecht > Quai Fernand Demets >  Quai Fernand Demets n°33-35-37

Transports en communs > STIB > Les ateliers de la STIB >  Quai Fernand Demets n°33-35-37

Description (historique/actualité/....) :

Historique

C'est en 1903 que la société des Tramways bruxellois fait construire une grande usine à usage de centrale électrique au 33 du quai Demets.

La centrale d'Ixelles ne suffit plus à l'alimentation électrique du réseau de trams dont l'électrification avait débuté en 1894 grâce à la première usine rue Brogniez, à Anderlecht.

Il s'agit, pour l'époque, une centrale particulièrement moderne et performante. Elle correspond à la consécration de l'énergie électrique que l'on marque par des bâtiments monumentaux, d'une très grande qualité technique et architecturale pour signifier le progrès et l'avenir.

Le site comprend plusieurs immeubles dont la plupart ont été conservés : l'ancienne centrale, les silos à charbon, la cour pavée, la maison de direction, un escalier monumental surmonté d'une très belle balustrade de pierre.

La centrale est implantée au bord du canal pour l'approvisionnement en charbon; en outre, le canal fournissait l'eau nécessaire à la condensation de la vapeur après son utilisation. Elle longe le talus de chemin de fer venant de Schaerbeek qui acheminait du charbon et du bétail aux abattoirs d'Anderlecht, de l'autre côté du canal.

Les fours de Laeken

A droite de l'usine de centrale électrique mais à gauche des activité charbons (cf ci-dessous) on trouva jadis un bâtiments en profondeur (perpendiculaire au quai) et aussi haut que l'usine: les fours de Laeken. L'almanach de 1911 le mentionne au numéro 35 (cf photo).

Les activités charbon

L'almanach de 1960 (cf image ci-contre) par exemple reprend :
- au numéro 35: Socobra, société des combustible du Brabant (grossiste)
- au numéro 37: Cobraco, charbon mazout et cokes (détaillant).
- au numéro 41: Sobecomin (dépôt)

Ces sociétés étaient en fait liées:
Socobra recouvrait les activités de grossistes en combustibles et Cobraco celles de détaillants.
Ces deux sociétés dépendaient initialement de la "Continental Gas Association" (qui contrôlait également Magec, les cokeries du Brabant, ...).
Cobraco - qui est l'abréviation de Comptoir Brabançon des cokes (Cobraco) - a été créé à la fin des années 1930, pour commercialiser la vente de coke domestique et à été reprise vers 1954 par son directeur et Robert Rolyn-Jacquemyns. Vers les années 1964/65 elle fut cédée à la Cofinindus.

Une photo (cf photos) plus tardive (années '80 ?) montre une occupation par le groupe allemand "Preussag Anthrazit GmbH".

Affectation actuelle

Il semble que la STIB après la fermeture de Socobra (non daté, années 1970 ou 1980 ?) ait récupéré la surface des numéro 35-41.

Il s'agit à présent de l'atelier Voies de la STIB.

Le numéro 35 communique avec l'arrière du bâtiment Rue de Birmingham n°200 qui fut un temps (années 1980 ou 1990 ?) envisagé pour être le nouveau site administratif de la STIB mais qui, inachevé (seul ce qui devait servir de parking étages -4 à 0), n'abrite finalement que quelques services et labos.

Remerciements

Monsieur Jean-Pierre Février pour les précisions sur les sociétés Socobra et Cobraco.