Panorama Koekelberg (vue de nuit depuis le boulevard Mettewie - par R.Muradyan)

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 Boulevard Léopold II

Photo(s) (35)
[+38 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  3 Boulevard Léopold II n°16
  3 Boulevard Léopold II n°16-20
    Louise Michel (Rue de l'Intendant n°22-24, Boulevard Léopold II n°17-19-21)
  1 Boulevard Léopold II n°48 (Hôtel Louis De Waele)
      Boulevard Léopold II n°50
1 5 Boulevard Léopold II n°55-57 59
  1 Boulevard Léopold II n°76 (Café Léopoldville)
  1 Cinéma Léopold (lieu disparu) (Boulevard Léopold II n°85-87)
      Boulevard Léopold II n°215
  1   Boulevard Léopold II n°274
  11 Viaduc Léopold II (Viaduc de Koekelberg)
  8   Tunnel Léopold II
  2 Ilot Chœur-Espérance-Léopold II
1 1 Siège de la Communauté française (Place Sainctelette n°1)
  1   Boulevard Léopold II n°268 (Institut des Ursulines)

Classement de la section:

Les communes > Koekelberg >  Boulevard Léopold II

Les communes > Molenbeek-Saint-Jean >  Boulevard Léopold II

Quartiers à thèmes > Nos souverains (petite ceinture) >  Boulevard Léopold II

Description (historique/actualité/....) :

Historique :

En 1866, l'architecte-urbaniste de Léopold II, Victor Besme traça ce boulevard dans son premier plan d'ensemble de l'agglomération bruxelloise. Il est alors considérablement élargi.

Le boulevard, commencé en 1867, fut terminé en 1891.

De 1958 à 1984, le boulevard a été flanqué d'un viaduc (Viaduc Léopold II).

En 1986, ouverture du tunnel Rogier - Basilique. La section sous le boulevard Léopold II est la plus longue, elle suit le boulevard et s'appelle simplement tunnel Léopold II.

En 1988, à la veille de la régionalisation, le fédéral (Jean-Louis Thys en tant que secrétaire d'état à la Région bruxelloise) a adopté un schéma directeur de développement pour :
- préserver le logement
- pour permettre la construction de bureaux au nord-ouest de l'axe Rogier - Simonis

Les PPAS/PRAS (Bruxelles-Ville, Molenbeek-Saint-Jean, Saint-Josse-ten-Noode, Koekelberg) ont été adoptés 4 ans plus tard. Ils était fort restrictifs par rapport au schéma directeur. Peu de bureaux étaient autorisés (principalement autour des trémies des tunnels et des accès au métro). Les spéculateurs, nombreux de 1986 à 1990 durent déchanter et il flotta quelques années un doute sur la capacité du privé à redonner finalement vie au boulevard.

La portion sur Molenbeek-Saint-Jean :

Seule le PPAS de Molenbeek-Saint-Jean était plus large (laxiste ?) sur la mixité logements/bureaux, ce qui explique cette coupure des zones habitées sur 100 (trottoir nord) et 200 mètres (trottoir sud) lorsqu'on pénètre sur le territoire de Molenbeek-Saint-Jean (passé le pont Sainctelette).
A l'époque Inter-Environnement argumenta que le schéma directeur de 1986 affectait le boulevard aux entreprises et au logement, pas aux bureaux.
Mais la commune de Molenbeek-Saint-Jean à l'époque possédait déjà peu de surface de bureaux sur son territoire, et elle ne laissa pas passer cette chance. La commune fit simultanément de même à l'avenue du Port (bâtiments Kredietbank…). Au total on parle de 150.000 m² de bureaux pour ces deux artères.

Le résultat final :

Le boulevard a totalement été rénové en 1990-1991. C'est de cette époque que date le site propre pour les bus et trams.
Tout le mobilier urbain au sens large fut rénové : trottoirs, pistes cyclables tracées, nouveaux arbres, nouveaux réverbères, bancs publics. Total : 1 milliards de francs belges.
Inauguration en grandes pompes (10.000 Bruxellois pour assister au feu d'artifice) le 5 octobre 1991.

La plupart des projets immobiliers ont finalement abouti. Certains avec des années de retard. D'autres n'ont pas abouti.
On peut provisoirement conclure que si le boulevard a nettement regagné en intérêt depuis la destruction de l'horrible viaduc, il n'a pas retrouvé la superbe que le schéma directeur de 1986 avait laissé entrevoir.

Louis De Waele :

Le promoteur Louis De Waele indique que sa société était établie dans le quartier depuis plus de 100 ans (par rapport au renouveau du boulevard datant des années 1990) et qu'il recommença de gros achats immobiliers en 1986-87 suite au schéma directeur (cf. supra). Notamment trois ilots (comme l'Ilot Chœur-Espérance-Léopold II).

Vers 1990-1992, de nombreux projets le long du boulevard furent en chantier. Presque tous menés par le promoteur Louis De Waele. Ce qui fit que certains proposèrent avec sarcasme de le renommer boulevard Louis De Waele.

Source : Le Soir du 23/11/1990 et 31/07/1993.