Depuis le parking Ecuyer (arrière de la place de la Monnaie). Vers 1980 par © Dada

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 Rue au Beurre
  Grande rue au Beurre

Photo(s) (26)
[+26 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  3   Rue au Beurre n°24-26 (Bijouterie De Greef)
  4 Rue au Beurre n°31 (Biscuiterie Dandoy)
1 19 Eglise Saint-Nicolas (Bruxelles-Ville)

Classement de la section:

Les communes > Ville de Bruxelles > Le pentagone >  Rue au Beurre

Quartiers à thèmes > Marchés du cœur de Bruxelles >  Rue au Beurre

Description (historique/actualité/....) :

Description.

Cette courte rue étroite, ancienne et piétonne relie dans son tracé actuel la Grand-Place au parvis de l'église Saint-Nicolas, à quelques pas de la façade arrière de la Bourse de Bruxelles.

Historique.

Le tracé de la ruelle est fort ancien, antérieur même à l'existence de la Grand-Place. Il est attesté dès le XIIe siècle sous le nom de Santstraete (rue au Sable), vraisemblablement en raison des bancs de sable, nombreux dans cette zone marécageuse. Des stenen (pluriel de steen) y ont été bâtis très tôt, dès que le noyau primitif de la ville s'est étendu au-delà de l'île Saint-Gery.

Au moyen âge, un marché naît sur le parvis de l'église Saint-Nicolas. Peu à peu, il se spécialisera en marché au beurre et s'étendra dans la rue existante, d'où son nom actuel. Le beurre était alors une matière vendue en quantités considérables parce que les règlements très stricts des corporations en faisaient la seule autorisée pour graisser la laine. La florissante corporation des drapiers en employait donc énormément.

Au XVe la vieille rue est prolongée par un coude à angle droit, le long de la façade latérale de l'église Saint-Nicolas, qui la relie à la rue du Marché aux Herbes.
Sur le plan Clarke, de 1837, elle est indiquée comme Grande rue au Beurre.

En 1920, cet appendice prend le nom de rue de Tabora, lieu de la victoire du général Tombeur. Il ne subsiste donc que l'ancienne rue au Beurre.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, la rue était devenue celle des bijoutiers. Il en subsiste certes un assez grand nombre qui résistent à l'assaut des marchands de chocolat et autres souvenirs dits de Bruxelles.
Elle héberge aussi deux lieux mythiques du patrimoine folklorique bruxellois : l'accès à la cave du Roi d'Espagne, bien connue des étudiants et anciens de l'ULB. fans de saint Verhaegen, et la biscuiterie Dandoy, installée dans la rue depuis 1858 mais qui est plus ancienne encore (1829).