Depuis le parking Ecuyer (arrière de la place de la Monnaie). Vers 1980 par © Dada

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 Rue des Tanneurs

Photo(s) (19)
[+30 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  12 Complexe Palais du Vin / Merchie-Pède (Rue des Tanneurs n°56)
  12   Archives de la Ville de Bruxelles (ancienne abbaye de Gembloux, Rue des Tanneurs n°65, ancienne manufacture Waucquez)
  1   Rue des Tanneurs n°74
  4   Impasse des Souliers (Rue des Tanneurs n° 90)
  1   Le théâtre "Les Tanneurs" (Rue des Tanneurs, 75-77)

Classement de la section:

Les communes > Ville de Bruxelles > Le pentagone >  Rue des Tanneurs

Contrats de quartiers > Contrat de quartier 'Rouppe' >  Rue des Tanneurs

Les communes > Ville de Bruxelles > Les quartiers de Bruxelles > Quartier Rouppe >  Rue des Tanneurs

Description (historique/actualité/....) :

Commençait rue de la Roue et rue des Ursulines. Aujourd'hui commence à sa droite rue Roger van der Weyden et à sa gauche rue du Miroir. Elle aboutit boulevard du Midi.

Historique

La rue des Tanneurs doit son nom au fait que depuis le début du moyen-âge les tanneurs se regroupent dans cette partie de la ville qui était hors de la première enceinte.

A l'origine la rue porte deux noms : le début de la rue (rue de la Roue) se dénommait « ‘t Hudeken » (la petite-peau) et la seconde partie « Sconaerden » (terre aux souliers).
Elle joint la place des Wallons à la rue de l'Economie.
Au cours du XVIe siècle, elle acquiert son nom actuel.
Aux environs de 1850, elle est prolongée jusqu'au boulevard du Midi.
Entre 1911 et 1952, la partie comprise entre la rue de la Roue et la rue du Miroir est entièrement démolie pour la construction du viaduc gare de la Chapelle -gare du Midi.

Au coin de la rue des Tanneurs et de la rue de la Querelle se trouvait la « Maison des Orphelins de la Chapelle », fondée en 1771 par Jacques Hilaire.
En 1784, cette maison comptait 24 garçons et 40 filles.
Le 7 mai 1827, la société Tot nut van t'algemyn (= pour le bien général) ouvre la première école gardienne de Bruxelles.
Un arrêté du 4 mai 1853 donne naissance à la rue du Lavoir et à la construction d'un lavoir public à l'angle de la nouvelle rue et la rue des Tanneurs.
Deux entrées sont prévues : rue des Tanneurs pour les hommes et rue du Lavoir pour les femmes.
L'établissement comprend 37 baignoires (30 pour les hommes, 7 pour les femmes) et 42 stalles de laveuses. (Jean-Charles)