Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:



Section :

 François van Campenhout

[+10 photos dans les sous-sections ci-dessous]


Sous-sections :

2 5 Rue Van Campenhout
1 4 Rue Jenneval (Rue de la Muette (premier nom) )
5 1 Avenue de la Brabançonne

Classement de la section:

Personnes célèbres > Artistes >  François van Campenhout

Description (historique/actualité/....) :

Biographie contextuelle

ReflexCity ne cherche pas à retracer la biographie complète des célébrités, ce qui ferait double emploi avec une multitude d'autres sites bien plus détaillés et précis, que chacun peut aisément consulter. Nous nous limitons ici à situer sommairement la personnalité et à mettre en évidence ses liens avec la région bruxelloise, chronologiquement et géographiquement.
Biographie sommaire

François Van Campenhout est né à Bruxelles le 5 février 1779.
Chef d'orchestre, compositeur, violoniste et ténor, il a composé un grand nombre d'opéras et s'est produit durant des années en France et au Pays-Bas (de l'époque : Hollande et Belgique).
De 1801 à 1805, Il fait partie de la troupe du Théâtre de la Monnaie.
Malgré cela, il n'a guère laissé de traces dans l'histoire de la musique. Une seule de ses œuvres est encore jouée très régulièrement et seulement en Belgique : l'hymne national, la Brabançonne, dont il composa la musique sur des paroles de Jenneval. Elle fut interprétée pour la première fois le 12 septembre 1830 par le ténor Lafeuillade, sur la scène de la Monnaie. Les deux auteurs y furent vivement acclamés par le public
Tombé dans l'oubli, il vivait une vieillesse difficile. C'est Charles Rogier qui lui obtint une subvention lui permettant de survivre décemment.
François Van Campenhout est décédé à Bruxelles le 24 avril 1848.

Hommages

Bruxelles a malgré tout perpétué le souvenir du musicien avec beaucoup d'à-propos : non loin du square Ambiorix, la rue van Campenhout porte son nom ; elle est parallèle à la l'Avenue de la Brabançonne, son œuvre et à celle qui porte le nom de son co-auteur, la Rue Jenneval.
Place Surlet de Chokier s'élève la statue de la Brabançonne, sur le socle de laquelle sont gravées les paroles de l'hymne (cela peut toujours servir).