Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:




Section :

 Rue Mercelis

Photo(s) (11)
[+12 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  4 Rue Mercelis n°13 (Salle Polyvalente Mercelis, Centre Culturel Georges Mundeleer, Petit Théâtre Mercelis)
  2 Bibliothèque communale (Rue Mercelis n°19, Projet Mercelis)
    Rue Mercelis n°33-33a (Maison des Frères Alexiens (lieu disparu), Automobiles Germain (vers 1912))
  2 Rue Mercelis n°34-38
  1 Rue Mercelis n°35
    Rue Mercelis n°46 (Institut de l'Arbre bénit (lieu disparu))
  3 Ancien lycée d'Ixelles (Rue Mercelis 1, Place Fernand Cocq n°11)

Classement de la section:

Les communes > Ixelles >  Rue Mercelis

Description (historique/actualité/....) :

Nom de la rue

L'origine du nom de cette rue est contestée. Certains évoquent Charles Marcellis (1789-1869), auteur de poèmes de circonstance, qui mena une carrière politique et industrielle, mais son passage à Ixelles n'est pas certain. La rue portait déjà ce nom le 25 septembre 1866.
Par contre, une veuve Mercelis (?), propriétaire de terrains proches, traita à plusieurs reprises avec les autorités communales.

Au sujet du nom, on hésite longtemps entre Mercelis et Marcelis tant pour l'odonyme que pour le patronyme (la Veuve Mercelis ou Marcel(l)is). Mais sur les plus anciens permis de bâtir son nom est orthographié Marcellis !

La carte de 1850, de De Lahoese, mentionne Marcellis.

On trouve même, dans les Almanachs de la Ville, les deux appellations, l'une pour une section, l'autre pour la section suivante. Il faut reconnaître que les Almanachs ne sont pas exempts de fautes.

Histoire

L'autorisation d'ouverture de la rue Mercelis (entre l'actuelle place Fernand Cocq et la rue de l'Arbre-Bénit) date de l'A.R. du 27 mai 1836.
Le prolongement de la rue jusqu'à la rue de la Longue Haie à travers les terrains de T. et A. Hanset, date de l'A.R. du 23 septembre 1843);
Sur le plan qui accompagne cet arrêté royal il est indiqué rue Marcellis !
Le deuxième prolongement, jusqu'à l'avenue Louise, date de l'arrêté royal du 22 juin 1864 mais ce prolongement est encore absent sur le plan cadastral de Poppe (1866).

Outre l'École moyenne des Filles, à l'angle de la place Fernand Cocq, et le café La Régence, elle abrita dès 1844, dans l'arrière-salle d'un cabaret à l'angle de la rue des Champs-Élysées, la première école primaire communale et, à partir de 1857, la première école de filles.

Le sculpteur F.A. Bouré a habité au n°21-23 en 1865.

Source et remerciements

- "De la place Fernand Cocq à la rue Saint-Boniface", itinéraire n°1 de la communale d'Ixelles, édité en décembre 1997 par la commune d'Ixelles.
- Frans Ringoot, Ixellois.