Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:





Section :

 Tour et Taxis
  Thurn en Tassis

Photo(s) (31)
[+4 photos dans les sous-sections ci-dessous]

Repérage sur plans


Sous-sections :

  4 Centrale électrique du site de Tour et Taxis (Château d'eau de Tour et Taxis)

Classement de la section:

Les ZIR >  Tour et Taxis

Les communes > Ville de Bruxelles > Les quartiers de Bruxelles > Quartier maritime >  Tour et Taxis

Les bâtiments > Les bâtiments remarquables (patrimoine) > Eléments classés (bâtiments, sites) >  Tour et Taxis

Les corps de métiers > Les architectes > Architecte Henri Van Humbeek >  Tour et Taxis

Les corps de métiers > Les architectes > Architecte Constant Bosman >  Tour et Taxis

Les corps de métiers > Ingénieurs > Ingénieur Bruneel >  Tour et Taxis

Les corps de métiers > Les promoteurs immobiliers > Robelco >  Tour et Taxis

Description (historique/actualité/....) :

Ce site de 35 hectares est au cœur du quartier Maritime.
Il se compose de plusieurs bâtiments (de gauche à droite vus de la rue Picard) :
- Gare maritime: celui le plus grand en surface
- Entrepôt A (parfois appelé "Les Magasins")
- Entrepôt B (l'entrepôt royal, rénové en 2004, 45.503 m²)

Histoire :

A l'origine le site appartenait à la famille Thurn & Tassis qui y faisait paître les chevaux utilisés pour le premier service postal européen Bruxelles-Vienne.

La Ville de Bruxelles acheta le terrain en 1897 et décida d'y installer une nouvelle gare de marchandises à la pointe de la modernité.

Entre 1903 et 1907 commencent les travaux pour la zone ferroviaire avec la gare de marchandises (souvent appelée Gare Maritime), le bâtiment des Postes et divers entrepôts. Cette zone est dessinée par les architectes Constant Bosmans et Henri Vandeveld, assistés de l'ingénieur Bruneel. En 1904 on s'attaque à la deuxième zone de travaux, composée du bâtiment des Douanes, l’Entrepôt royal, les Magasins et autres entrepôts divers servant à stocker les marchandises en attente du contrôle de la douane. Cette fois-ci c'est l'architecte Ernest van Humbeek qui est chargé de diriger le chantier. L'ensemble du site rassemble des édifices de styles architecturaux variés mais formant un tout cohérent. L'aspect technique est particulièrement impressionnant pour l'époque : on y trouve entre autres un système élaboré de caves sous les entrepôts et les halles et de poteaux plongeant profondément dans le sol afin de supporter les charges parfois énormes des marchandises stockées, tout en laissant une certaine souplesse et en autorisant du mouvement dans la structure.

En 1958 on construisit de nouveaux entrepôts pour camions. Les années 1960 marquent l'apogée du site, qui emploie à cette époque plus de 3000 ouvriers.

Ces dernières années

L'Europe sans frontières a littéralement mis à mal la principale activité du site en abolissant les droits de douane.
Les activités ont très fortement décliné depuis les années 1980.
Dès 1987 le site est progressivement abandonné, dès les années 1990 elles se réduisent à une peau de chagrin. 1990 est également l'année où la SNCB se retire de Tour et Taxis.

Si tant est que depuis ces années, on ne parle plus que de la réhabilitation du site.

La joint-venture Leasinvest et Robelco a racheté le site en 2001 à la SNCB.

Divers projets virent le jour :
- le projet Music City. Il eut la dent dure (1993 à 2001). Mais il faisait littéralement concurrence à Forest National et mettait encore plus (définitivement) à mal l'espoir de mixité du quartier. Une étude de faisabilité a finalement mené à renoncer au projet de méga-salle, contre lequel même l'ICOMOS avait manifesté son opposition.
- Musée permanent du transport ou Musée du chemin de fer
- Cité des Arts et de la communication élaboré vers 1993 par la Fonderie (asbl). Le projet n'est pas nécessairement jeté aux oubliettes.
- Cité des Sciences et de la Connaissance
- Le Musée de l'Immigration : en 2004 l'Hôtel des Douanes fut pressenti pour accueillir le Musée de l'Immigration.

Plan d'action et procédure :

- Le site a été mis (en 2002, date à vérifier) en ZIR (zone d'intérêt régional).
- Le gouvernement régional a rédigé (janvier 2003) un arrêté définissant les lignes de forces de l'aménagement du site et des installation du port
- les conditions de l'arrêté firent l'objet en 2003 d'une étude socio-économique de l'ULB (IGEAT) et d'un débat public
- dans le même temps le gouvernement régional a demandé à la Ville de Bruxelles d'élaborer un PPAS sur le thème de la "Cité des Sciences et de la Connaissance".
- les auteurs du projet de PPAS (Joseph Polet secondé par l'urbaniste Pierre Vanderstraeten) ont présenté leur projet à la ville début 2004. Détails : cf plus bas. Réactions : La ville de Bruxelles regrette l'importance dévolue aux bureaux. Plusieurs associations partagent cet avis et jugent le projet médiocre. En juillet 2004 le gouvernement a rejeté le projet. Tout est à refaire.
- 2005 : achèvement escompté du projet de PPAS. Commencera alors la saga des permis d'urbanisme et du financement...

Le projet de la Cité de sciences :

Il s'agirait d'un campus accueillant six institutions (existantes) pour un total de quelque 3000 étudiants.
On ignore sur quel financement compter (l'Europe ?).

A noter le 1/10/2003 (Le Soir) une déclaration énigmatique de Henri Simons (échevin de l'urbanisme) :
"Je voudrais qu'une tour au moins une fois et demi aussi élevée que les tours Belgacom soit construite sur le site de Tour et Taxis.". Aurait-il des infos sur le projet des architectes ou bien est-ce plutôt une consigne à suivre pour ceux-ci ? Affaire à suivre...

Le PPAS (mouture début 2004 = dossier de base) :

Il propose, suivant les indications données par la Région bruxelloise, un parc de trois hectares, 170.000 m² de logements neufs (conventionnés, peut-être par la SDRB, à décider), 180.000 m² de bureaux ainsi et 55.000 m² de nouveaux entrepôts pour le Port.
On a également, au choix :
- une hypothétique cité de la science de 150.000 m².
- ou un programme alternatif mixte de 100.000 m² (50% bureaux, 30% logements, 20% commerces).

Le projet comporte une tour de 100 mètres de haut (surnommée la "Tour Simons" vu l'effet d'annonce d'Henri Simons fin 2003 à ce sujet), elle abriterait des bureaux.

Mis à l'enquête publique le 8/1/2004 (superbe infographie le résumant dans TBX n°55 du 8/1/2004).

Cette mouture du PPAS est abandonnée, elle n'a suscité aucun enthousiasme.

Le PPAS version 2005 :

Fin décembre 2004 : un nouvel appel d'offre est lancé pour un schéma directeur.

Le résultat aboutira sur un arrêté. Et la Ville de Bruxelles sera alors chargée de réaliser un PPAS.

Cette fois l'option participative de tous les acteurs semble augurer une meilleur unanimité.

Articles de presse :

"Bruxelles en mouvement" n°116 (1/3/2004) : explication fort détaillée (avec plans et photos) de la première mouture du PPAS. Nombreuses critiques. Dossier très complet.

Bibliographie :

- Livre "Une plaquette sur Tour et Taxis", éditions CFC (2003) par Guy Cardoso (photographe) et Fabienne Louis (écrivain). 48 pages, 23 photographies couleurs . ISBN : 978-2-930018-50-8.
- "Un canal dans Bruxelles, Bassin de vie et d'emploi". par Thierry Demey. Edité par Badeaux ASBL. 2007.
- Dossier du BRAL (Brusselse Raad voor het Leefmilieu vzw) sur Tour et Taxis, octobre 2004
http://bralvzw.be/files/brochure_TT_def_FR.pdf