Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:














Section :

 Mots Brusseleirs pittoresques

Classement de la section:

Encyclopédie > Zwanze et folklore bruxellois >  Mots Brusseleirs pittoresques

Description (historique/actualité/....) :

Avertissement : ceci n'a pas la prétention d'être un dictionnaire de ce parler. Des auteurs compétents en ont publié des dictionnaires: Georges Lebouc, Louis Quiévreux, Jean d'Osta.
Le Brusseleir appartient à la famille des langues germaniques, comme l'allemand et le néerlandais, mais l'orthographe de ses mots est phonétique, donc les graphies variables. Peu importe ici. Il est du reste en voie de disparition, mais de rares associations tentent de maintenir la tradition, vaille que vaille.
Le but est uniquement de vous proposer une courte liste de mots savoureux ou encore courants. Infos puisées à de nombreuses sources. Plusieurs d'entre eux sont dus à Hergé


Bêêêk
Expression de dégoût très entendue à Bruxelles.
Transposée en français cela donne Berk ou Beurk (fort rentable au Scrabble)
Mais le beek, omniprésent dans quantité de toponymes de chez nous n'a aucun rapport. Il s'agit du mot néerlandais rivière. Trois de nos 19 communes ; deux de nos stations de métro : Beekkant et Maelbeek (tragiquement célèbre) , ainsi que plein de communes de la proche périphérie flamande (Linkebeek, etc.)

Bloempanch
=saucisse (boudin) à fleurs
Spécialité bruxelloise faite de boudin noir piqué de cubes de graisse.

Bodding (de Bruxelles)
Ce serait un mot-valise du néerlandais brood et de l'anglais pudding.
Dessert confectionné avec des restes de pain et de couques, de l'œuf, de la cassonade, des raisins secs et du rhum. Jadis on en trouvait dans la plupart des boulangeries-pâtisseries bruxelloises. Il prolongeait la séculaire tradition du pain perdu (on ne jette pas du pain).

Boentje (ou Bountje)
Littéralement = petit haricot.
En brusseleir "avoir un boentje pour quelqu'un" signifie "avoir un béguin pour".
Le Soir 2001 "le patron d'AMRO déclarait avoir un bountje pour FORTIS".

Bollewinkel
Litt. magasin de boules. Commerce où l'on vend des bonbons. "Quand j'étais ketje, j'allais m'acheter des boules derrière le coin tourné".

Broubeler (verbe), broubeleir (substantif))
Bafouiller, bafouilleur.

Cavitch(e) ou Caberdouche ou Estaminet
Petit bistrot populaire. "Ils buvaient de la gueuze dans le cavitche".
Place de la Liberté, s'est ouvert le Café Caberdouche (joli pléonasme).

Choesels
Pudiquement, nous traduirons ce mot par "les choses"
Spécialité bruxelloise d'antan qui se servait beaucoup dans les troquets proches des abattoirs. Dans les années '50, le chef multi étoilé Pierre Wynants en proposait. En 2020, il semble que le Viva m'Boma, rue de Flandre n°17 soit un des derniers à avoir ce plat à sa carte. Viva M'Boma (vive grand-mère) est aussi une vieille chanson populaire en brusseleir.. Au niveau recette, parmi les ingrédients, divers abats mijotés dans la gueuze, mais surtout des testicules (de veau ou de taureau).

Crotte (ma) ou mieux crotje
Ce n'est pas un excrément, mais un terme affectueux. Quand on a un bountje pour une mâske on lui fait une baise. Notez qu'on peut aussi l'appeler ma pouske.

Czesztot on klebckz
(t'is toch een clebs) clebs - zinneke - chien
"Mais, c'est un chien" s'exclame un paysan syldave en voyant Milou au dessus d'un parachute au bout duquel se balance Tintin.
(Sceptre d'Ottokar p.24).

Ettekeis
"Keis" du néerlandais kaas.
Fromage au lait cru sans matière grasse, typique de la vallée de la Senne. Il est extrêmement salé et "parfumé". On peut le cuisiner avec de la gueuze.
Mélangé avec du plattekeis (fromage blanc), il devient du pottekeis. Sa production se raréfie, mais on peut encore en "déguster" à La Bécasse et à La Fleur en Papier doré.
"Menheer le corbeau tenait dans son bec un ettekeis" (Fables d'Esope)

Fritkot (voir Frites et Fritkots)
C'est en brusseleir, le Belge normal dit friture, le Français friterie.

Fritte molle
Impuissant (sans commentaires)

Gosette = chausson au pommes.
Ou alors vous achetez des couques ou mangez un spéculoos.

Half en half
Noitié-moitié
Pour les vrais brusseleirs c'est un mélange à parts égales de faro et de lambic. La boisson a été déclinée depuis : la Brasserie Cirio en a fait depuis 1938 sa boisson-phare : mélange de mousseux et de blanc sec ; même nom, mais pas pareil !

Keiskop
Du néerlandais kaas (fromage) et kop (tête)
= idiot, mais désigne aussi en brusseleir les néerlandophones.

Kipkap
Tête pressée du pauvre. En français chic on dit fromage de tête. Les marolliens avec leur zwanze typique appelaient cela "royal tremblant" (en français svp !).

Ketje
Diminutif de ket = petit gamin.
Quick et Flupke sont des ketjes des Marolles.
Un peÏ et une meÏ ont des kets.

Kiekefretters
= mangeurs de poulets.
Surnom donné aux Bruxellois, tout comme zinnekes.

Kluutzak
Nous n'aurons pas l'impolitesse de traduire, mais sachez que cette injure bruxelloise s'utilise également en Flandre.

Papzak
Autre zak fréquent dans les injures des Brusseleirs
De pap (bouillie) et zak (sac)
En bon français : Gros plein de soupe.
Au l'Histoire rattrape la plaisanterie, c'est qu'il est attesté qu'au XIIIe un sieur Jef Papzak, acquiert un bien rue du Bois Sauvage, de plus quand au XIXe on a francisé à tout prix nos odonymes, cette traduction constitue en soi une histoire belge.

Pitchesbak
Jeu de 421 pratiqué dans les anciens cafés, tout comme le Vogelpik (de oiseau et de pointe), jeu de fléchettes.

Poechenelle (orthographes diverses)
De l'italien Polichinelle. poupée, marionnette (voir Poechenellekelder).

Praline
Ce mot à des sens différents en France, au Québec ou chez nous. Si l'étymologie du mot remonte vraisemblablement au 18è (Marquis du Plessis - Praslin) la praline belge a incontestablement été inventée Galerie de la Reine par Jean Neuhaus, 3è de la dynastie et son épouse créa le ballotin pour les emballer.
Les vieux brusseleirs disaient fréquemment des praniles, du néerlandais pranil.

Schieve architect
Schieve = de traviole, donc, architecte tordu.
Insulte spécialement créée par les habitants des Marolles pour Joseph Poelaert. Environ 70 familles avaient été expulsés et leurs habitations détruites pour permettre la construction du Palais de Justice.
Détail piquant : durant des années Poelaert habita et eut son atelier rue des Minimes.

Schieve lavabo
Tordu
Mais pourquoi lavabo ? Mystère bruxellois.
Des établissements portent ce nom dans beaucoup de communes de la Région : nous avons recensé Auderghem, Etterbeek, Forest, Jette et Uccle.

Smoutebollolen
Dans ce mot on entend "boules".
En bon français : croustillons. C'est une pâte à beignet frite dans la graisse de bœuf. Une des spécialités de la Friture De Corte depuis 125 ans.

Snottebel
Le brol qui coule de votre pif ou du mien. Les gens chics appellent cela morve !

Spek
Expression en Brusseleir : "C'est pas du Spek pour ton Bec"
Traduction : c'est trop bon pour toi.
Spek, mot d'origine germanique, désigne du lard fumé.

Stoefer (ou stoeffer)
Frimeur, fanfaron
"Le Stoefer" est l'enseigne d'un bar à cocktails d'Ixelles.
Dikkenek (gros cou) est quasiment un synonyme.

Tichke
Diminutif de tich, comme ketje de ket, dont il est quasi synonyme.
En brusseleir, le mot est ambivalent : il désigne aussi bien un petit zizi qu'un ketje (de façon affectueuse). C'est un peu, si on ose dire, le pendant masculin de "ma crotte".

Tonneklinker (litt.: penchant pour le tonneau) a le même sens.
C'est un personnage d'une pièce de Viviane Decuypere (voir Zwanze au Théâtre).

Trolleybus "Jouer aux billes dans les rails du trolleybus" Plaisanterie typique de la zwanze bruxelloise. Ce véhicule hybride n'a circulé chez nous que sur la seule ligne 54 (Forest-Luxembourg, prolongée jusqu'à Machelen) de 1938 à 1964.

Volle Gaz (ou volle Petrol)
Peu importe le carburant, cela signifie "à toute vitesse".

Wadesmadana ?
C'est quoi ce bazar ? (Tintin)

Zatlap ou zattekul (c.. bourré)
Ivrogne, bourré, torché.
On va se souler avec de la gueuze dans un cavitche des Marolles.
Zattekul est un personnage de Toone.

Zoegemanneke
Du néerlandais zaag (scie) et de manneke (comme Manneken Pis)
Petite figurine qu'on trouvait jadis derrière le comptoir des cavitches bruxellois et que le patron actionnait quand un client plus ou moins zat devenait sciant (zaag).