Photo: Redvers, via Flickr

Rechercher un nom, un lieu:



































Section :

 Mots brusseleirs pittoresques

[+158 photos dans les sous-sections ci-dessous]


Sous-sections :

9 27 Théâtre de Toone (Petite rue des Bouchers n°21)
11 9   Frites et fritkots
6 19   Plantation du Meyboom (Meiboom)
1 25 Manneken Pis
1 5 Rue de l'Amigo (Rue de la Vrunte (1820))
1 9
X
Zinneke Parade
  9 Hôtel Amigo (Rue de l'Amigo n°1-3)
  5 Monument aux Marolles (Monument aux Vivants (nom actuel), L'Esprit des Marolles (nom originel))
  8 Rue du Chêne n°5 (Poechenellekelder)
  30   Géants du Meyboom
5 2   Tom Frantzen
  3 Jeanneke-Pis
  3 Zinnekepis
  2 Madame Chapeau (angle rue des Moineaux)
5   Quartier Saint-Jacques
  1 Restaurant Hazewee
4     Meiboom et Ommegang à Bruxelles
1 1   Rue du Collège Saint-Michel n°52 (schievelavabo)

Classement de la section:

Encyclopédie > Zwanze et folklore bruxellois >  Mots brusseleirs pittoresques

Description (historique/actualité/....) :

Ce petit lexique distrayant est très régulièrement enrichi de nouveaux, mots, expressions et illustrations.

Avertissement :
ceci n'a pas la prétention d'être un dictionnaire de ce parler. Des auteurs compétents en ont publié des dictionnaires: Georges Lebouc, Louis Quiévreux, Jean d'Osta, De Gheyndt, Georges Garnir, Kervyn de Marcke et d'autres.
Le brusseleir appartient à la famille des langues germaniques, comme l'allemand, l'anglais et le néerlandais, mais la graphie de ses mots est 'phonétique', donc les graphies variables. Peu importe ici. Il est du reste en voie de disparition, mais de rares associations tentent de maintenir la tradition, vaille que vaille.
Le but est uniquement de vous proposer une liste de mots et expressions savoureux ou encore courants, des personnages de fiction, dont plusieurs sont dus à Hergé
, des auteurs ayant consacré des ouvrages au sujet, etc.
Beaucoup sont d'une vulgarité effarante, voire scatologiques ; nous déclinons toute responsabilité.

Infos puisées à de nombreuses et diverses sources (dont LEXILOGOS, WIKI TINTIN, Petit lexique du BON PARLER BRUXELLOIS, Belgitude.be, la Bruxelloise etc) agrémentées parfois d'un brin d'humour perso.

 Met
Le Vieux Marché, communément appelé Marché aux Puces. (place du Jeu de Balle)
Amigo

Afblaave : ne pas toucher

Afchrebsel van mettekôkluute
Une des pires et une des plus vulgaires injures en brusseleir.
= raclure de testicule de singe.

Afgang
diarrhée ! gang = couloir ; af = dehors. Un couloir de sortie comme un autre.

Ajoêns
(oignons)
Surnom donné avant 1914 aux agents de police par leurs ennemis jurés, les durs de la Marolle.
Les aventures de Quick et Flupke de Hergé constituent une manière ludique d'évoquer cette rivalité entre ketjes des Marolles et leur flic de quartier.
(voir Ravachol)

Amigo
De l'espagnol = ami
Prison communale de Bruxelles.
Passer une nuit à l'amigo = passer une nuit au cachot, au trou ou, en français chic, en cellule de dégrisement, ce qui n'a rien d'amical.
Il n'est pas exclu qu'il trouve son origine lors du règne de Philippe II, de sinistre mémoire. Il y avait là jadis des cachots et le nom viendrait d'une confusion faite par les soldats espagnols présents ici au XVIe siècle ; ignorant le brusseleir, ils auraient confondu les mots vriend (= ami) et vrunte (= prison).
Ultime détail : la division centrale de police de Bruxelles est toujours au bout de cette rue et, logiquement, on devrait encore y trouver des «amigos».
Voir rue de l'Amigo.
Voir Hôtel Amigo

Arumbaya
Dans l'Oreille cassée (Hergé), tribu indienne d'Amérique du sud.
= heb je rum bij jou (t'as du rhum chez toi ou avec toi).
Cette "langue Arumbaya", inventée par Hergé, contient d'autres phrases savoureuses en brusseleir déformé comme "Wetche douvanet ?" = que sais-tu à ce sujet ?

Aubette (belge, pas exclusivement brusseleir)
Kiosque à journaux et également abribus.

Babeleir
Bavard, commère
Babeler = bavarder, radoter,…
Au moins un établissement bruxellois porte ce nom et, dans "Tintin au Pays de l'Or noir" apparait le méchant Cheik Bab El Ehr.

Babeltruût : commère idiote
On dit aussi trûût pour désigner une femme de manière très péjorative, voire grossière.

Bazoef
= goinfre, gourmand.
C'est un gros bazoef.

Bêêêk
Expression de dégoût très entendue à Bruxelles.
Transposée en français cela donne Berk ou Beurk (fort rentable au Scrabble)
Mais le beek, omniprésent dans quantité de toponymes de chez nous n'a aucun rapport. Il s'agit du mot néerlandais rivière ou cours d'eau. Trois de nos 19 communes ; deux de nos stations de métro : Beekkant et Maelbeek (tragiquement célèbre) , ainsi que plein de communes de la proche périphérie flamande (Linkebeek, etc.)

Berdeller
= ronchonner
Berdelleur (euse) = ronchon(ne).

Bichke: bestiole, pou, morpion
Avoir ses Bichkes : être ennuyé, être sur ses nerfs.

Bienaâver : boucher

Bleffer
= baver en mangeant
bleffeur, bleffeuse.

Blinkduûs
Littéralement de briller et boite. Boîte de cirage ; par extension type pas très malin qui se prend pour... bref un stoeffer.

Bloempanch
=saucisse (boudin) à fleurs ??? farine !!!
Spécialité bruxelloise faite de boudin noir piqué de cubes de graisse.

Bodding (de Bruxelles)
Ce serait un mot-valise du néerlandais brood et de l'anglais pudding.
Dessert confectionné avec des restes de pain et de couques, de l'œuf, de la cassonade, des raisins secs et du rhum. Jadis on en trouvait dans la plupart des boulangeries-pâtisseries bruxelloises. Il prolongeait la séculaire tradition du pain perdu (on ne jette pas du pain).

Boentje (ou Bountje)
Littéralement = petit haricot.
En brusseleir "avoir un boentje pour quelqu'un" signifie "avoir un béguin pour".
Le Soir 2001 "le patron d'AMRO déclarait avoir un bountje pour FORTIS".

Bollewinkel
Litt. magasin de boules. Commerce où l'on vend des bonbons. "Quand j'étais ketje, j'allais m'acheter des boules derrière le coin tourné".

Boma
= grand-mère
Chanson populaire en Brusseleer : Viva m'boma pataten met saucissen… C'est également l'enseigne d'un resto pittoresque du Quartier Sainte-Catherine.
Bompa est son alter ego masculin = grand-père.
Boma et Bompa sont deux des plus imposants des Géants du Meyboom.

Boentje (avoir un)
Du NDL petit haricot
= avoir un penchant pour quelqu'un.

Boestking (boustrink)
Hareng fumé.
Boestring in gruute teneu Litt: hareng saur en grande tenue = maigrichon, efflanqué
Dans Tintin au Pays des Soviets, on rencontre un Boustringovitch (= fils de hareng fumé). Double allusion, les harengs venant majoritairement de la Baltique.

Bossemans et Coppenole
La plus parfaite illustration de la zwanze au théâtre.
La pièce a été écrite en 1938 par Paul Van Stalle et Joris d'Hanswyck et crée au Théâtre du Vaudeville. Un des fils de l'intrigue est la rivalité entre les 2 grands clubs de foot bruxellois de l'entre-deux-guerres, le Daring de Molenbeek et l'Union Saint-gilloise (clubs qui existent encore). Un des personnages secondaires va mener sa vie propre : Amélie Van Beneden (= Amélie d'en bas) que "les crapuleux de sa strotje appellent Madame Chapeau".
Le succès sera tel que les auteurs en écriront une suite qui sera jouée au Théâtre des Galeries et que les personnages feront aussi leur apparition sur le petit écran.

Broek vol strond
Personne qui a déféqué dans son pantalon.
Au sens propre comme au sens figuré

Broubeler (verbe), broubeleir (substantif)
Bafouiller, bafouilleur, radoter.

Brusseleir
Magazine mensuel d'info de la ville. Gratuit. Paraît depuis 2004.
Le Petit Brusseleir illustré par Curtio (pseudo de G. Garnir).

Bûûmdruuger
Littéralement = porteur d'arbre.
Désigne ceux du Meyboom, parmi lesquels un grand nombre de bourgmestres de notre ville.

Caricoles
= bigorneaux.
les marchandes ambulantes de caricoles sont un des vieux métiers traditionnels à Bruxelles.

Cartache
Au jeu de billes, celle de gros format

Cavitch(e) ou Caberdouche ou Estaminet
Petit bistrot populaire. "Ils buvaient de la gueuze dans le cavitche".
Place de la Liberté, s'est ouvert le Café Caberdouche (joli pléonasme).
Kavitch est le nom du secrétaire du colonel Spontz (L'Affaire Tournesol).
Un stameneigast (estaminet) est un pilier de comptoir.

Choesels
Pudiquement, nous traduirons ce mot par "les choses"
Spécialité bruxelloise d'antan qui se servait beaucoup dans les troquets proches des abattoirs. Dans les années 1950, le chef multi étoilé Pierre Wynants en proposait. En 2020, il semble que le Viva m'Boma, rue de Flandre n°17 soit un des derniers à avoir ce plat à sa carte. Viva M'Boma (vive grand-mère) est aussi une vieille chanson populaire en brusseleir.. Au niveau recette, parmi les ingrédients, divers abats mijotés dans la gueuze, mais surtout des testicules (de veau ou de taureau).

Cramique
Pain aux raisins

Crolle
boucle de cheveux
A Bruxelles, désigne péjorativement un nord-africain.

Crotte (ma) ou mieux crotje
Ce n'est pas un excrément, mais un terme affectueux. Quand on a un bountje pour une mâske on lui fait une baise. Notez qu'on peut aussi l'appeler ma pouske.

Czesztot on klebckz
(t'is toch een clebs) clebs - zinneke - chien
"Mais, c'est un chien" s'exclame un paysan syldave en voyant Milou au dessus d'un parachute au bout duquel se balance Tintin.
(Sceptre d'Ottokar p.24).

De Schrijver Marcel
Ecrivain jettois décédé en 2020 qui a publié six ouvrages consacrés au Brusseleir. Il a fondé l'association De Speegel mannen. Du néerlandais spiegel = miroir. Donc, les hommes de la place du Miroir.

Devise Syldave "Eï Ben Ek Eï Blaaiv Ek"
J'y suis, j'y reste.
Devise du royaume de Syldavie imaginé par Hergé dans le Sceptre d'Ottokar.
La citation est attribuée au Général Mac Mahon lors du siège de Sébastopol (guerre de Crimée 1855)

Drache
pluie violente
La drache nationale est une tradition du 21 juillet.

Enseignes (Horeca) brusseleirs
Dans le désordre, noms proposés sans articles ; liste non-exhaustive : peut être complétée par qui le souhaite
Ogenblik, Dikke Nek, Dolle Mol, Ah non peut-être, Brusseleir, Stekker Lapatte, Fritkot Bompa, Viva m'Boma, Potverdoemmeke, Zinneke, Caberdouche,Talurenlekker, Ballekes, Volle Brol, Manneken Frites, Tich, le Brol, Hazewee.

Ettefretter
injure bruxelloise très courante
litt = bouffeur de cœur
Grande gueule ; personne imbue d'elle même et/ou déplaisante avec son entourage.

Ettekeis
"Keis" en néerlandais kaas.
Fromage au lait cru sans matière grasse, typique de la vallée de la Senne. Il est extrêmement salé et parfumé. On peut le cuisiner avec de la gueuze.
Mélangé avec du plattekeis (fromage blanc), il devient du pottekeis. Sa production se raréfie, mais on peut encore en "déguster" à La Bécasse et à La Fleur en Papier doré.
"Menheer le corbeau tenait dans son bec un ettekeis" (Fables d'Esope)

Famille Brusseleir
Laquelle la serait plus que celle des Géants du Meyboom ?
Boma et Bompa : les grands-parents
Mieke et Jan : les parents
Janneke et Polleke : les enfants.

Faro
Lambic adoucie avec du sucre candi brun (voir lambic)

Fritkot (voir Frites et Fritkots)
C'est en brusseleir, le Belge normal dit friture, le Français friterie.
La frite belge doit respecter une série de critères précis comme par exemple être préparée avec des espèces de pomme de terre bien précises comme la bintje ou ne pas avoir plus de 1 cm de large.

Frite molle
Impuissant (sans commentaires)

Froucheler
= peloter, tripoter (une femme)
froucheleir = tripoteur, fraudeur.

Gardvils
De deux mots pourtant bien français : garde et ville
Confrérie qui assure la surveillance et le service d'ordre aux côtés des Buûmdruûgers lors de la plantation du Meyboom.
"Lopen de Gardevil is dôo" = filons, le Gardevil est là

Gaufre de Bruxelles
Grande rivale de celle de Liège ; elles sont fort différentes tant par l'aspect que par la saveur.

Géants de Bruxelles
Tradition séculaire : la région en compte plus de 100.
Beaucoup ont des noms typiquement brusseleirs : Mieke, Janneke, Tichke, Sus, Jan, Bompa, Boma, Jefke, Pitje, etc.
A Bruxelles ville ils sortent principalement pour le Meyboom (1308), l'Ommegang, la Fête nationale, …
Des communes de la région ont aussi leur traditions propres comme la procession de Saint-Guidon à Anderlecht (un samedi de septembre) avec SES géants. Au nombre de 9 depuis 1980, dont le Duc d'Aumale, Erasme, Guidon, Gudule, Poje,...
Ces événements sont largement développés par ailleurs sur ce site ; voir par exemple Meiboom et Ommegang à Bruxelles

Gosette = chausson au pommes.
Ou alors vous achetez des couques ou mangez un spéculoos.

Half en half
Moitié-moitié
Pour les vrais brusseleirss c'est un mélange à parts égales de faro et de lambic. La boisson a été déclinée depuis : la Brasserie Cirio en a fait depuis 1938 sa boisson-phare : mélange de mousseux et de blanc sec ; même nom, mais pas pareil !

Hazewee (à Laeken)
Voir Snul

Himmerszeck et Kroniek
de immer ziek (= toujours malade) et chronique.
Duo d'agents de la police secrète dans l'affaire Tournesol.
En quelque sorte les reflets antipathiques de Dupont et Dupond.

Jeanneke-Pis
Inaugurée en 1987, elle doit faire plaisir à Me-Too. Elle est l'équivalant du Petit Julien de la rue de l'Etuve. Aux USA, une telle sculpture serait interdite sur la voie publique.

Joske Maelbeek (pseudo)
Né à Bruxelles en 1958, il est un ardent défenseur du folklore local et du brusseleir. Il a publié de nombreux livres sur le sujet. Un des derniers : "Bruxelles en un mot comme en zwanze".

Kaebebroek
on se dispensera de traduire !
La Famille Kaekebroek est un livre (1902) de Léopold Courouble. On peut y rencontrer Mme Keuterings, ou encore M. Mosselman.

Kas
Déformation du néerlandais kast = armoire (ou caisse, trésorerie)
En bruxellois, ta figure, ta tronche, ta gueule.
Expression : en dat in a kas : et ça dans ta g…
C'est aussi le titre d'un ouvrage publié en 1993 par Marcel De Schrijver (nom prédestiné !) et consacré à notre dialecte.
Dans l'ouvrage inachevé de Hergé, "Tintin et l'Alf'Art" on rencontre un nommé Endaddine Akas.

Kalich
= réglisse
Rouleau de réglisse : friandise que les ketjes allaient acheter au bollewinkel derrière le coin.
Kalichen tien = gros orteil en brusseleir.
Kalichezap : litt. Jus de réglisse ; = boisson fade, insipide.
Ben Kalish Ezab
Dans Tintin au Pays de l'Or noir (Hergé), il est l'émir du Khemed vivant au palais de Hesch El Emm. C'est le rival du Cheik Bab el Ehr.

Katche
Mot accompagnant une tape dans le dos quand l'adversaire est "pris" dans divers jeux enfantins comme cache-cache.

Keiskop (ou keeskop)
Du néerlandais kaas (fromage) et kop (tête)
= idiot, mais désigne aussi en brusseleir les néerlandophones, en particulier les habitants des Pays-Bas (vu leurs fromages en forme de grosses boules noires). (ou rouges !).

Kicker
Football de table, babyfoot.
On en trouvait dans nombre de cavitches.

Kiekefretter
Désigne les bruxellois, réputés grands mangeurs de poulets, tandis que les habitants de Vilvorde étaient surnommés pierrefretters (bouffeurs de chevaux).

Kipkap
Tête pressée du pauvre. En français chic on dit fromage de tête. Les marolliens avec leur zwanze typique appelaient cela "royal tremblant" (en français svp !).
Expression : je vais en faire du kipkap = je vais lui infliger une solide correction

Ketje
Diminutif de ket = petit gamin. (à comparer à l'anglais 'kid' de même signification).
Quick et Flupke sont des ketjes des Marolles.
Un peÏ et une meÏ ont des kets.

Kiekefretters
= mangeurs de poulets.
Surnom donné aux Bruxellois, tout comme zinnekes.

Klashe(r)
Répandre un liquide n'importe comment, peindre. "Il a klaché ça comme une slache"
Facadeklacher = Peintre en bâtiments.
Klashkop = chauve (on trouve aussi klashbol)


Kluutzak
Nous n'aurons pas l'impolitesse de traduire, mais sachez que cette injure bruxelloise s'utilise également en Flandre.
Kluuterâ : baliverne, carabistouille, couillionade.

Knoppen
= boutons
Mé knoppen betoeloen = payer avec des boutons.

Koekembak (ou koekenbak)
en néerlandais pannenkoek = crêpe
't es in de koekenbak = c'est dans la poche

Kot
Petit logement, souvent au sens péjoratif.
L'expression "kot pour étudiant" est entrée dans la langue.
Oeilekot: dans un théâtre les places bon marché tout en haut, le pigeonnier, le paradis.

Kriek
Lambic aromatisée avec des cerises acides. Dans l'authentique on trouvait des griottes de Schaerbeek.

Lambic (lambiek)
Bière à fermentation spontanée produite, en principe, exclusivement dans la vallée de la Senne et le Pajottenland (Brabant flamand).
La jeune a six à douze mois de maturation, la vieille jusqu'à trois ans. Le nom apparait en 1794 sous l'orthographe alambique et la boisson devient très populaire à la fin du XIXe siècle.
En 2004 la Belgique a produit 500.000 hl de bière à base de lambic : faro, gueuze, kriek.
Le mot est présent dans notre BD :
Monsieur Lambique est le comparse de Bob et Bobette (Willy Vandersteen 1945) et inévitablement chez l'incontournable Hergé on rencontre le professeur Nestor Halambique expert en sigillographie (étude des sceaux) dans le Sceptre d'Ottokar et un Bir el Ambik (bière lambic) dans Au Pays de l'Or noir.

Loque à reloqueter
Torchon ; en France les gens bien disent serpillère.
C'est un des principaux outils de ce que l'on appelle aujourd'hui les techniciennes de surface.

Littérature et théâtre brusseleirs
Des livres et pièces évoquent le brusseleir dans leur titre
(liste non exhaustive)
La famille Kaekebroeck (Léopold Courouble)
Bossemans et Coppenolle (Paul van Stalle)
Le mariage de Mademoiselle Beulemans
Fables de Pitje Schramouille (Roger Kervyn de Marcke ten Driessche)
Les Pralines de M. Tonneklinker et L'Estaminet de Rosine (Viviane Decuypere)
Scieven Architek (J.J. De Gheyndt)
Jek Kazak (Jean d'Osta)
(liste à compléter si vous le voulez)

Manneken-Pis
Là on ne va pas se noyer dans un jet d'eau : trop connu, il est avec l'Hôtel de Ville et l'Atomium un des symboles par excellence de notre ville.
Voir la section Manneken-Pis assez détaillée.
Une tradition est de lui offrir des costumes. Quoique les USA aient voulu l'affubler d'un slip pour des raisons de décence, sa garde-robe ne cesse de s'enrichir.
A noter que son "épouse" Jeanneke-Pis n'est pas née au même siècle que lui, ce qui prouve que le Petit Julien est intemporel.
Ce 9 juillet 2022, sa garde robe s'est enrichie de son 1094e costume : Roling Stones.

Matantje
= mont-de-piété
beï matantje goen

Neuss
A neuss krooït ervan: litt. ton nez crolle de ça.
= être fier comme un paon.

Ogenblik
Mot néerlandais = clin d'œil ou instant.
C'est aussi depuis plus de 50 ans l'enseigne d'un resto réputé du centre. Galerie des Princes n°1.

OÏtgeteirde boestring
Injure
Hareng saur desséché.
(voir boestring)

Omnnezel boor (ou omnuezel)
Paysan stupide.
A remarquer que dans l'injure on entend le mot ezel (âne). Remarque : c'est inexact, avec la graphie 'normale' ce serait onnuuzel (en néerlandais onnozel).
omnuezelles = féminin

Pachacrout
Dans la racine il y a le mot pacha.
= paresseux, bon à rien.
Une vie de pachacroute (G. Lebouc)

Papzak
Autre zak fréquent dans les injures des Brusseleirs
De pap (bouillie) et zak (sac)
En bon français : Gros plein de soupe.
Au l'Histoire rattrape la plaisanterie, c'est qu'il est attesté qu'au XIIIe un sieur Jef Papzak, acquiert un bien rue du Bois Sauvage, de plus quand au XIXe on a francisé à tout prix nos odonymes, cette traduction constitue en soi une histoire belge.

Pennelekker
Lécheur de plumes.
Péjoratif : employé, fonctionnaire.

Peï
un homme, un type ; c'est le masculin de meï.
Dans le Lotus bleu, la secte des frères de Kih-Osk (kiosque) neutralisent leurs ennemis avec du Radjaïdjah le poison-qui-rend-fou. Une de leurs victimes se met à chanter "Toung si nan peï" = et maintenant ce peï se met à chanter.
Peïerâ = sénilité.

Peiperkoek
Litt. couque au poivreï
Gâteau au miel agrémenté d'épices diverses.
Ce mot brusseleir désigne une friandise existant depuis le haute Antiquité qui a été importée en Europe par les Croisés.

Pinnemouche
Béret (ou bonnet) terminé par une pointe.
Quick (Hergé), comme bien des ketjes des Marolles porte une pinnemouche.
Sergeant Pinnemouch est une chanson du Grand Jojo

Pitchesbak
Jeu de 421 pratiqué dans les anciens cafés, tout comme le Vogelpik (de oiseau et de pointe), jeu de fléchettes.
Plank mè twie rozaaïne
litt : planche avec deux raisins
Façon péjorative de désigner une dame dont la poitrine est vraiment peu fournie.

Plattekeis
= fromage blanc.
Jadis les brusseleirs mangeaient plein de tartines au plattekeis.

Poechenelle (orthographes diverses)
De l'italien, poupée, marionnette (voir Poechenellekelder).Pla
Poepedroeger
= porteur de géant
Notamment lors de la plantation du Meyboom.

Poepers (avoir les)
= avoir peur.

Proeïm
Prune ; par extension… sexe féminin.

Prout
Littéralement vent, gaz ; par extension : zut, merde.
Rien à voir avec du côté de chez Proust.

Praline
Ce mot à des sens différents en France, au Québec ou chez nous. Si l'étymologie du mot remonte vraisemblablement au 18e (Marquis du Plessis - Praslin) la praline belge a incontestablement été inventée Galerie de la Reine par Jean Neuhaus, 3e de la dynastie, son épouse créa le ballotin pour les emballer.
Les vieux brusseleirs disaient fréquemment des praniles, du néerlandais pranil. ???

Ravachol
Injure suprême adressée aux policiers.
Ravachol appartenait à la mouvance anarchiste et a commis en France de nombreux attentats meurtriers.
Comment son nom est-il arrivé aux oreilles des Marolliens et pourquoi insulter les flics en les traitant d'anars ? Mystère. Toujours est-il qu'elle apparait comme telle dans des œuvres de Jean d'Osta.

Réclame (belge, pas exclusivement brusseleir)
Publicité.
Potferdekke, ma boite aux lettres est encore pleine de réclames.

Rollmops
Avec rollen (enrouler)
Recette de hareng mariné dans du vinaigre, oignons et épices.
Mets jadis en vogue dans les milieux populaires bruxellois.
Dans Totor CP des Hannetons (Hergé 1924) on trouve la ville de Rolmop City.

Romelkas
Une teuf qui n'est plus tof.
En français châtié : automobile déglinguée.

Saint-Jacques (quartier)
Il s'intitule lui même "le plus brusseleir" des quartiers.
Il faut dire qu'on y trouve Jacques (la statue de Jacques Brel) et, aussi et surtout Manneken-Pis.

Saventhem
Ce n'est pas du brusseleir mais en tout cas de l'humour belgo-bruxellois.
Saventhem est le nom d'une compagnie pétrolière russe dans Tintin au Pays des Soviets (p.55)

Schramouille
Les Fables de Pitje Schramouille ont été écrites par Kervyn de Marcke et décrivent l'atmosphère dans les Marolles début XXe.

Schieve architekt
Schieve = de traviole, donc, architecte tordu.
Insulte spécialement créée par les habitants des Marolles pour Joseph Poelaert. Environ 70 familles avaient été expulsés et leurs habitations détruites pour permettre la construction du Palais de Justice.
Détail piquant : durant des années Poelaert habita et eut son atelier rue des Minimes.

Schieve lavabo
Tordu.
En français tof : personne au visage très asymétrique.
Mais pourquoi lavabo ? Mystère bruxellois.
Une chaine de restaurants porte ce nom. Nous en avons déniché dans cinq communes de la Région : Auderghem, Etterbeek, Forest, Jette et Uccle. Ils proposent, cela va de soi, quelques spécialités typiquement brusseleir : "Trio de ballekes maison"; "Stoemp et son jambonneau".

Schilder van 't plafonk van 't parc
(inutile de traduire !)
Schilder van 't leeg plafonk est synonyme.

Sluur
Façon très péjorative de désigner une femme
Tout ce qu'une macho peut lui reprocher :laide, bête, sale et même synonyme de putain.

Smoutebollolen
Dans ce mot on entend "boules".
En bon français : croustillons. C'est une pâte à beignet frite dans la graisse de bœuf. Une des spécialités de la Friture De Corte depuis 125 ans.

Snottebel
Le brol qui coule de votre pif ou du mien. Les gens chics appellent cela morve !

Snul mot néerlandais 100%
Anagramme de NULS ! = nullard, incompétent.
Souvenir : dans les années 1990 un groupe musical très brusseleir a pris le nom de "Les Snuls
"
. Leurs deux grands succès : Viva Belgica et Hazewee, à Laeken. Un resto de la Cité Modèle qui existe toujours porte ce dernier nom.

Spek
Expression en Brusseleir : "C'est pas du Spek pour ton Bec"
Traduction : c'est trop bon pour toi.
Spek, mot d'origine germanique, désigne du lard fumé.

Spons
En néerlandais = éponge.
En brusseleir, ivrogne invétéré (voir zatlap)
Dans l'Affaire Tournesol",Hergé à créé un Colonel Spontz dont l'uniforme rappelle curieusement celui des officiers du IIIe Reich.

Stoefer (ou stoeffer)
Frimeur, fanfaron
"Le Stoefer" est l'enseigne d'un bar à cocktails d'Ixelles.
Dikkenek (gros cou) est quasiment un synonyme.

Stoemelinks (en) (stoemelings)
D'un mot ancien et régional néerlandais signifiant muet.
En français : en catimini
En brusseleir : en cachette.
Depuis 2014, une brasserie artisanale située rue Dieudonné Lefèvre n°37 porte ce nom.

Stoemp
De stoempen = pousser, écraser.
pomme de terre mélangées à divers légumes (carottes, chicons, etc.)
Un des plats populaires les plus typiquement bruxellois. Il existe au moins depuis le XIXe.
Dans Tintin et les Picaros, un chef arumbaya propose à ses visiteurs un mets très relevé : du stumpô.

Stûût
= évènement invraisemblable
Mo wa des na voor een stûût ? = c'est quoi maintenant ce bazar ?

Tête de veau en tortue
Même si son origine est discutée, elle est très probablement d'origine belge. Jadis plat de fêtes, on en trouvait dans toutes les charcuteries bruxelloises.
Comme le kipkap, elle se présente sous l'aspect d'un bloc gélatineux.-

Tichke
Diminutif de tich, comme ketje de ket, dont il est quasi synonyme.
En brusseleir, le mot est ambivalent : il désigne aussi bien un petit zizi qu'un ketje (de façon affectueuse). C'est un peu, si on ose dire, le pendant masculin de "ma crotte".

Tof
Bien, beau, chouette.
Ne toffe meï : une belle femme.
Dans l'album de Hergé "Vol 714 pour Sydney" un personnage porte le nom de Esdanitoff: c'est pas chouette ça ?

Tonneklinker (littéralement : penchant pour le tonneau) a le même sens.
C'est un personnage d'une pièce de Viviane Decuypere (voir Zwanze au Théâtre).

Toone (Théâtre de)
Plus brusseleir que ça, il n'y a pas.
(voir sur ce site l'historique assez détaillé consacré au Théâtre de Toone).
Fondé en 1830, il a exactement le même âge que la Belgique, soit pas loin de deux siècles. Neuf montreurs se sont succédé à sa direction.
Il est le seul théâtre de marionnettes à proposer encore des spectacles en "Brussels Vloms" comme par exemple les Drââ Mousketers. Il présente habituellement 4 représentations hebdomadaires. On peut y visiter un petit musée de la marionnette et tu peux aussi aller boire une gueuze et manger une tartine au plattekeis à l'estaminet.

Trolleybus "Jouer aux billes dans les rails du trolleybus" Plaisanterie typique de la zwanze bruxelloise. Ce véhicule n'a circulé chez nous que sur la seule ligne 54 (Forest-Luxembourg, prolongée jusqu'à Machelen) de 1938 à 1964.

Vodde
Lavette, torchon, "loque à reloqueter".
Vodden en bien = jambe et chiffons ; jadis des marchands ambulants criaient cela dans les rues.
Voddeman (litt.= marchand de loques ; chiffonnier
Voddenstok litt. bâton à chiffons = parapluie.

Vogelpik
De vogel (oiseau) et pik (pointe) = pointe volante.
Jeu d'adresse consistant à planter des fléchettes dans une cible ; on le trouvait jadis dans bien des cavitches de Bruxelles.

Voeïle Janet
injure ; = pédé


Volle Gaz (ou volle Petrol)
Peu importe le carburant, cela signifie "à toute vitesse".

Wadesmadana ?
C'est quoi ce bazar ? (Tintin)

Zatlap ou zattekul (c.. bourré)
Ivrogne, bourré, torché.
On va se souler avec de la gueuze dans un cavitche des Marolles.
Zattekul est un personnage de Toone.

Zinneke
Racine de la Senne, rivière de Bruxelles, et KE dimunitif.
= bâtard
L'origine de l'histoire n'est pas vraiment drôle.
Au XVIe siècle, les rats proliféraient sur les bords de Senne ; beaucoup de Bruxellois adoptèrent alors des chiens pour leur faire la chasse, mais à leur tour ces chiens bâtards, souvent errants, se multiplièrent exagérément et nombre d'entre eux finirent leur triste vie noyés dans la Senne.
Ultérieurement, par extension, le mot désigna les Bruxellois, ni Flamands, ni Wallons, synonyme de Kiekefretters.
Depuis 2000, année de Bruxelles Capitale européenne de la culture, est organisée tous les 2 ans la Zinneke Parade qui attire des dizaines de milliers de spectateurs.
Zinneke-Pis, un chien qui lève la patte sur une borne est installé depuis 1999 à l'angle de la rue des Chartreux et de la place de la Vieille halle aux Blés. C'est l'œuvre de Tom Frantzen que les thèmes brusseleirs inspirent et aussi un clin d'œil de sa part : avec Manneken Pis, Jeannekepis et Zinneke pis, la famille de pisseurs brusseleirs est au complet.

Zizis brusseleirs
Grand nombre de vocables pour cette chose essentielle : floche, pitje, tich, etc.

Zoegemanneke
Du néerlandais zaag (scie) et de manneke (comme Manneken Pis)
Petite figurine qu'on trouvait jadis derrière le comptoir des cavitches bruxellois et que le patron actionnait quand un client plus ou moins zat devenait sciant (zaag).

Zondervlies Pitje
Auteur du Dico officiel des Jurons bruxellois
Publié en 2005 ; 160 pages illustrées
Zonder Vlies = sans viande ; parions que c'est un pseudo !

Zot (Zoôt)
= fou, cinglé
Dans le Sceptre d'Ottokar, Szohôd est la capitale de la Bordurie, ennemi héréditaire de la Syldavie.
Zot Lowietje : un personnage typique du quartier représenté sur le (voir section) Monument aux Marolles.

Zwanze
Plaisanterie, mais aussi humour à la brusseleir. Par extension, désigne un certain art de vivre à la bruxelloise.
Un zwanzeur est un farceur, un mec qui charrie.
"Zwanze une fois pour voir" : titre d'un livre de Georges Roland.